Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2011

G20 : Beaucoup de Youyous mais pas assez de couscous

Est il permis de faire des youyous qui correspondent à des cris d’allégresse que les femmes tunisiennes lancent le jour du mariage, à l’ouverture de la réunion du G20.

En commentant ce genre de messes, ma grand-mère aurait dit :

« Beaucoup de youyous mais pas assez de couscous ».

La régulation du marché des matières premières (y compris les denrées alimentaires) semble être une des thématiques retenues par le président Sarkozy.

La Tunisie, l’Algérie, le Maroc, la Libye et l’Egypte qui forment 2% de la population mondiale, consomment 6% de la consommation mondiale de céréales.

La consommation des céréales a augmenté de 24% en Afrique du Nord sur la période 2004-2010 alors qu’elle n’a augmenté que de 9% en moyenne dans le monde.

Certains spécialistes pensent qu’un coup de chaud sur les prix agricoles et les régimes politiques de ces pays tomberont comme un château de cartes.

Mais les questions qui s’imposent :

Quel rôle peut rejouer la CNUCED (Conférence des Nations Unis sur le Commerce et le Développement)

La CNUCED peut-elle ressusciter ?

Dans le même esprit : Quel rôle peut rejouer la FAO (l’Organisation des Nations Unis pour l’Alimentation et l’Agriculture).

L’objectif de la FAO n’était pas « d’aider à construire un monde libéré de la faim » et sa devise :

« FIAT PANIS » ce qui signifie « qu’il y ait du pain pour tous ».

La réforme de la gouvernance mondiale est un vaste chantier mais comme aurait dit ma grand-mère :

« Beaucoup de youyous mais pas assez de couscous »

A bon entendeur salut

 

14/01/2011

Tunisie: la fin d'un régime

L’injustice, les atteintes à la dignité du citoyen, le népotisme, le clanisme, le développement de la corruption, et l’enrichissement illicite d’un quarteron de sangsues qui se croient au dessus des lois.

Voici le tableau de la Tunisie de 2011.

Les institutions républicaines ont été dévoyées au service du culte de la personnalité.

La justice est réduite à une succursale politique qui lui dicte des injonctions.

Les juges intègres qui résistent sont marginalisés.

La police politique terrorise les voix pacifiques qui tentent d’alerter sur cette dérive.

Même la constitution modifiée est discriminatoire au sens des conventions internationales et à la constitution.

L’article 40 dit :

« Peut se porter candidat à la Présidence de la République tout Tunisien, jouissant exclusivement de la nationalité tunisienne, de père, de mère, de grands-pères paternel et maternel tunisiens, demeurés tous de nationalité tunisienne sans discontinuité ».

L’article 40 aurait dû s’écrire :

« Peut se porter candidat à la Présidence de la République tout Tunisien, né  de père ou de mère de nationalité tunisienne ».

Le pouvoir  en place va tenter de sauver les meubles, mais la fracture est grande et le changement ne peut s’opérer qu’avec  des têtes nouvelles.

Les dirigeants tunisiens doivent avoir conscience que la politique à la manière des années 1970 :

C’est fini.

A bon entendeur salut