Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/05/2008

La malédiction du Travaillisme à la Française

 

Sarkozy a conquis les français avec un slogan « Travailler plus pour gagner plus ».

Chirac était pour le « Travaillisme à la française » avant de flirter avec le Néo libéralisme pour découvrir enfin la fracture sociale.

Mais à chaque fois que la droite adopte cette stratégie pour conquérir le pouvoir. Les indicateurs économiques se détériorent.

En 1973 l’idée la plus répandue :

« Nous avons besoin de leur pétrole donc ils nous le fourniront »

Le prix du baril brut passe de 3 $ à 18$ sur le marché libre, et le prix du baril brut de référence qu’est l’Arabe léger passe de 2.32$ à 9 $

En 2008 le prix du baril dépasse les 130 $.

Le patron de Schell, M. BARRAN déclara en 1971 que c’est à la fin du siècle que :

« Les consommateurs auront la tête dans la gueule du lion ».

Sa prophétie est malheureusement d’actualité.

Négocier désormais entre les partenaires sociaux se résume à la forme que prend la réduction des avantages acquis en 1974 comme de nos jours.

En 1974 Giscard disait :

« J’entends encore l’immense rumeur du peuple français qui nous a demandé le changement. Nous ferons ce changement avec lui, pour lui, tel qu’il est dans son nombre et sa diversité »

Sarkozy aurait pu prononcer ces mêmes paroles puisqu’il prône la rupture.

Giscard, avec les éboueurs à l’heure du laitier.

Sarkozy, à l’aube sur le marché de Rungis.

Les  clignotants avertissaient le gouvernement et l’opinion, à l’époque de Giscard comme aujourd’hui que quelque chose d’inquiétant était entrain de se passer et des mesures audacieuses devraient être prises.

Ce ne sont ni les serisettes (du nom du conseiller de Giscard : Jean Sérisé), ni les juppettes, et encore moins  les sarkozettes qui sortiront la France du marasme dans laquelle elle se trouve.

La croyance aveugle que les lois et les décrets reformeront la France est une belle tricherie intellectuelle.

Reformer l’Etat ne signifie pas affaiblir l’Etat. « L’Etat réformé doit être fort et juste «  disait Yves Cannac dans le Juste Pouvoir

Dans ce climat politique confus, le programme politique qui prône « moins d’impôts et plus d’économie » peut plaire à l’opinion un certain temps mais il se trouvera vite dans une impasse.

L’intervention de l’Etat qui tente de créer les conditions favorables à la formation des richesses par l’encouragement de l’innovation, de la formation des femmes et des hommes , par la facilité accordée aux PME de plus de 5 ans pour pouvoir s’aggrandir et gagner des parts de marché, de donner à chacun la possibilité d'entreprendre est la pierre angulaire de la politique économique.

Raymond Barre disait :

« La démocratie, dans les épreuves ne vaut et ne dure que par le respect des citoyens. Le langage de vérité est un : il ne s’accommode pas de sinuosités tacticiennes. Quand il en va autrement, le poids des désillusions accumulées peut un jour déchaîner des forces obscures et redoutables »

Pour sortir de la crise : il faut une ambition politique, économique et morale.

Il faut aussi que tous les créateurs et les porteurs de projets soient soutenus et encouragés.

En 1978, année de mon Baccalauréat, j’ai rétorqué à mon professeur de philosophie qui sentant que j’avais l’envie de créer ma société, m’a rappelé qu’il faut avoir les pieds sur terre.

Ce jour là j’ai répondu d’une manière insolante: « Avoir les pieds sur terre, cela ne signifie pas laisser la tête au même niveau. »

Le changement de cap de la politique actuelle est inévitable

François Fillon est un fusible que Sarkozy se résignera à le faire sauter, comme l’était Juppé pour Chirac.

Tout est maintenant dans la préparation psychologique de l’opinion à un homme à la bonhomie d’un Raymond Barre et à la pédagogie d’un René Monory pour entamer la deuxième phase du quinquennat avec une politique de rigueur pure sucre.

Je suis convaincu que le prochain candidat à la Présidence de la République sera le candidat de la vérité, et de l’audace

Raymond Barre n’a pas réussi face au « Microcosme Parisien ».

François Bayrou réussira avec le Mouvement Démocrate à construire un Projet qui redonnera des couleurs à la France.

 

24/04/2008

La politique de l'andouillette

Jadis Edouard Herriot déclara : « La politique, c'est comme l'andouillette. Ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop. » ...

Le dernier sondage est accablant pour le President de la Republique sur l'estime des français envers sa personne.

Le General de Gaulle, Mitterrand, Pompidou , Chirac et Giscard arrivent bien en tête devant Sarkozy.

Le train de l'histoire est intraitable avec ceux qui ne le prennent pas en marche.

Le General de Gaulle a mis en place les institutions, le Président Pompidou a inculqué l'idée de "l'imperatif industriel",

Giscard a engagé la France dans un vaste programme nucleaire et a  permis l'alternance, Mitterrand a reconcilié les français avec l'entreprise individuelle.

Chirac a evité à la France  la guerre en IRAQ

Nicolas  Sarkozy applique à la lettre le théoreme de Pasqua:

"les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent":

La deduction des interets de l'emprunt ne sera pas pour tout le monde

"Travailler plus pour gagner plus": Quelle beau slogan de campagne sauf que cela profitera toujours aux mêmes

Un Gérant de SARL a tout interêt à ne plus se faire payer des primes et comptabiliser ses heures supplementaires:

Voilà la réalité du terrain, même si Madame Lagarde continue à nier l'evidence.

Nicolas Sarkozy ose t il  dire:

"je me suis trompé sur le paquet fiscal, cela n'a  pas produit l'effet escompté".

A force de jouer :la gauche comme la droite :"A plus Keynesien que moi tu meurs", nous avons voulu gommer les faiblesses de l'appareil productif français.

La réalité nous  rappelle à la raison. 

Avec le même Euro, l'Allemagne fait mieux que nous. Son commerce exterieur affiche un solde tres positif ( +198.8 milliards en 2007 contre 159 milliards en 2006 ) alors que la France a fini l'année 2007 avec un deficit du commerce exterieur record de plus de 39 milliards......

c'est là qu'il faut chercher les leviers à la croissance:

Muscler l'appareil productif français .....

Pour un amateur du velo: Nicolas SARKOZY doit comprendre ce que je veux nuancer....

A bon entendeur salut ..... 

14/12/2007

Hommage à Monsieur Robert Badinter

    le 17 Sesptembre 1981, Monsieur Robert BADINTER , Garde des Sceaux, Ministre de la Justice prononce   à l'Assemblée Nationale son fameux discours en faveur de l'abolition de la peine de mort .   Avec une grande éloquence et un grand talent ,il prononce ces premieres phrases:

« Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, j'ai l'honneur, au nom du Gouvernement de la République, de demander à l'Assemblée nationale l'abolition de la peine de mort en France »,

 

il dit aussi:

« Cette communion d'esprit, cette communauté de pensée à travers les clivages politiques montrent bien que le débat qui est ouvert aujourd'hui devant vous est d'abord un débat de conscience et le choix auquel chacun d'entre vous procédera l'engagera personnellement ».

Ce jour là ,j'ai écouté comme tout le monde le discours et j'ai retenu ce passage qui resume la France que j'aime, la France que nous aimons :

« La France est grande, non seulement par sa puissance, mais au-delà de sa puissance, par l'éclat des idées, des causes, de la générosité qui l'ont emporté aux moments privilégiés de son histoire. La France est grande parce qu'elle a été la première en Europe à abolir la torture malgré les esprits précautionneux qui, dans le pays, s'exclamaient à l'époque que, sans la torture, la justice française serait désarmée, que sans la torture, les bons sujets seraient livrés aux scélérats. La France a été parmi les premiers pays du monde à abolir l'esclavage, ce crime qui déshonore encore l'humanité ».

Oui, Monsieur Badinter , la France est grande , quand elle parle haut et fort des valeurs universelles,

Oui, Monsieur Badinter, la France est grande , quand elle denonce les dictatures,

Oui, Monsieur Badinter, la France est grande, quand elle porte haut et fort le principe de laicité,

Oui, Monsieur Badinter, la France est grande, quand elle affirme haut et fort que la democratie et la liberté d'expression sont des principes induscutables,

Monsieur Badinter:

Ce 17 Septembre 1981, je n'étais pas un abolitionniste convaincu , je venais d'une culture qui coupait la main du voleur , et qui trouvait toujours une justification populaire ou religieuse pour commettre ces horreurs,

Mais, ce jour là ,vous m'avez ouvert l'esprit quand vous avez rappelé que c'est un debat de conscience,

Vos mots , la gravité du ton , ont resonné dans ma tête pendant longtemps.

Mais ce n'est pas tout:

Merci d'avoir écrit CONDORCET.

Ce jour de 1989, j'ai douté un peu de la loi et de la pratique de l'infradroit,

Et ce jour là , vous m'avez tendu la main ,

J'ai envie de vous dire un grand Merci pour l'élan de coeur que vous avez eu

Je vous ai croisé un jour , mais je n'ai pas eu l'audace de croiser votre regard pour vous remercier du fond du coeur.

Monsieur Badinter:

UN GRAND MERCI DU FOND DU COEUR