Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/08/2010

La stratégie Mitterrand au service de la reconquête de l'électorat

François Mitterrand a toujours prôné le rassemblement du camp de la gauche en premier, et à chaque veille d’une élection importante, il a toujours rappelé   son souhait d’accorder le droit de vote aux étrangers pour les élections locales.

La droite s’offusque, s’émeut, s’indigne et argumente sur le caractère anticonstitutionnel de cette démarche.

Nicolas Sarkozy tente de la même manière à rassembler son camp ébranlé par la dernière  défaite électorale.

Le sujet de la nationalité est un sujet qui fait partie des fondamentaux…

La droite cassoulet comme la gauche caviar trouve un malin plaisir à utiliser l’étranger  comme un punching ball.

Dans le cas de la droite, la strategie consiste à ramener  au  bercail , les électeurs égarés dans un vote en faveur du Front National.

Et pour ouvrir le bal, on nous annonce que l’opinion est favorable aux propositions de déchéance de la nationalité française.

Les medias nous distillent ainsi à dose homéopathique des messages courts, qui au milieu de discussions futiles, apparaissent comme la pierre philosophale et leurs sérieux supposés comme autant d’oracles.

Les leçons de morales plus pontifiantes les unes que les autres tentent ainsi d’anesthésier les citoyens et de leur enlever ainsi tout esprit critique.

Je suis de ceux qui pensent  qu’il vaut mieux perdre les élections que perdre son âme.

Un responsable socialiste m’a affirmé : «  qu’on nous entend pas sur ce sujet car on a compris que le terrain est glissant, et que Sarkozy veut nous tendre un piège…….mais  on n’est pas dupes, et on ne tombera pas dans le panneau ».

J’ai expliqué au même responsable que Mitterrand était pour l’abolition de la peine de mort alors que l’opinion était contre : c’est le courage politique de ne pas suivre le vent et d’affirmer des principes dignes du siècle des lumières.

D’ailleurs l’argument de citer la constitution de 1793, qui dans l’article 4 spécifie :

Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis; Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année - Y vit de son travail - Ou acquiert une propriété - Ou épouse une Française - Ou adopte un enfant - Ou nourrit un vieillard ; - Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l'humanité - Est admis à l'exercice des Droits de citoyen français.

 L’article 5 dit :

L'exercice des Droits de citoyen se perd - Par la naturalisation en pays étranger - Par l'acceptation de fonctions ou faveurs émanées d'un gouvernement non populaire; - Par la condamnation à des peines infamantes ou afflictives, jusqu'à réhabilitation.

Et l’article 6 :

« L'exercice des Droits de citoyen est suspendu - Par l'état d'accusation; - Par un jugement de contumace, tant que le jugement n'est pas anéanti. »

La différence avec les propositions de la majorité sur la déchéance de la nationalité est que ces textes s’appliquent pour tous les citoyens sans distinction de races, ni de religions. 

D’ailleurs à l’époque de la proposition d’HERAULT DE SECHELLES, le député MAZOYER, reputé Montagnard pourtant et que les mauvaises  langues surnommeraient bien  «ABBOYER », disait à l’époque :

« N’avilissons pas la dignité du nom “Français” en la prodiguant au hasard, en l’accordant sans examen à cette foule d’aventuriers qui n’est que la fange et la boue des nations ».

Voyez vous le complot de l’étranger se profile à l’horizon ………et le sujet n’est pas nouveau, puisqu’il nourrit les suspicions inscrites dans les affirmations montagnardes empreintes  de xénophobie, mais  si on ne prend pas garde deviennent de fait et de droit.

A bon entendeur salut